En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus : Site de la CNIL
J'accepte

Rhône septentrional Il y a 16 produits.

Sous-catégories

  • Domaine Barou



    Le domaine BAROU est une exploitation familiale située dans la zone septentrionale de la Vallée du Rhône, à Charnas en Ardèche. Dès 1971, Alexis BAROU, alors à la tête de cette petite exploitation en polyculture-élevage, prend le risque d'opter pour une conversion totale à l'Agriculture Biologique.

    Et c’est en 1997, après des études de viticulture-oenologie à Orange et Avignon, qu’Emmanuel BAROU reprend le flambeau familial et oriente davantage l'exploitation vers l'arboriculture et surtout la viticulture. En effet de nouvelles parcelles en AOP Saint-Joseph et AOP Condrieu sont plantées sur la commune de Limony (42). L'aménagement d'un bâtiment ancien en cave, dotée de moyens technologiques performants, permet sur un site unique de regrouper la vinification, l’élevage et le stockage du vin. Depuis 2006, Marie-Agnès, l'épouse d'Emmanuel a rejoint l'exploitation pour s'investir complètement dans la commercialisation du vin et la gestion administrative du domaine.

  • Domaine des Amphores

    Véronique et Philippe Grenier ont créés le Domaine des Amphores en 1992 à Chavanay, l’une des premières communes au nord de l’appellation Saint-Joseph, à l’extrémité sud de la Loire (42). C’est au pied du Parc Naturel du Pilat que naissent ainsi les premiers coteaux de l’appellation Saint-Joseph qui s’étire ensuite vers le sud et le département ardéchois le long de la rive droite du Rhône.

    Le domaine a été fondé avec 0,50 hectare de vigne familiale exploité alors en vin de table. Quelques vignes en location sur 3 hectares et une part non négligeable de replantations : 7 hectares entre 1992 et 2017, portent aujourd’hui le domaine à une grosse dizaine d’hectare dont la moitié en Saint-Joseph. Leur fils, Rémi arrive aujourd’hui sereinement pour prendre la relève.

    En 2002 la certification en agriculture biologique est demandée validant ainsi le travail réalisé depuis les débuts. Et c’est en 2016 que la certification en agriculture biodynamique s’est imposée tout naturellement pour aller encore plus loin dans l’expressivité des sols.

  • Domaine Les 4 Vents



    Lucie Fourel
    du domaine de Lucie a travaillé ses vignes familiales pendant quatre années avant de les « sortir » de la coopérative. Avant cela elle s’est formée sur le tas chez Clusel-Roch (producteur bio en Côte Rôtie) et Vincent Paris (producteur sur Cornas).

    Le domaine est situé à Mercurol (dans la Drôme), au cœur de l’appellation Crozes-Hermitage et tout près de la colline de l’Hermitage et de ces vins tant réputés.

    C’est un tout jeune domaine puisque les premiers vins datent de 2010, comme quoi le talent n’attend pas le nombre d’années. En effet les premiers millésimes ont fait mouche avec des vins fins, fruités et naturels. Le domaine est engagé en agriculture biologique depuis les débuts, 2006, car dixit Lucie : « « En recherche constante du respect de l’environnement, mes interventions, à la vigne comme à la cave, visent simplement à accompagner le raisin, puis le vin, vers son expression la plus authentique... »

    2013 marque un nouveau tournant puisque que Nancy rejoint sa sœur Lucie sur le domaine. Puis en 2015 leurs parents partent à la retraite et le domaine s’étoffe de 6 hectares de vignes familiales supplémentaires, portant l’ensemble à 10 hectares (9 hectares de rouge et 1 hectare de blanc) entièrement cultivé en bio sur l’appellation Crozes-Hermitage, pour former le domaine des 4 Vents.

  • Domaine Jean-Michel...



    Jean Michel Stephan
    est vigneron à Tupin et Semons.

    Sur son vignoble de 4,5 hectares il produit exclusivement des Côte-Rôties. Elles sont réparties sur 6 parcelles situées au sud de l’appellation. La plus grande parcelle de son terroir, le « Coteau de Bassenon » se compose de 1,5 hectare de vignes plantées sur de nombreuses terrasses coupées dans les granits et gneiss.

    Les autres parcelles sont disséminées sur les lieux-dits : Coteaux de Tupin, Les Bercheries et Verenay.

  • Bacchatim



    Les vins de la gamme Bacchatim ont été réalisés par Serge Alexandre en collaboration avec de célèbres vignerons sur différents terroirs. Par exemple Claude Courtois en Sologne, un pionnier (20 ans avant la plupart des vignerons) de l'agriculture biologique et des vinifications naturelles. Ou encore Mathieu Barret sur Cornas, Christophe Barbier sur la Clape ...

    Tous les vins de la gamme Bacchatim ont été vinifiés, élevés et mis en bouteilles sur leur terroir d’origine.

    Certains de ces vins sont des vins de table, par exemple les  «Collection» N°1, N°2 et N°3 vinifiés au domaine des «Cailloux du Paradis» (Touraine) de Claude Courtois.

    Pour le consommateur peu éclairé la mention « Vin de Table » est rédhibitoire et celui-ci passe son chemin convaincu que la bouteille renferme une infâme bibine. L’amateur éclairé sait lui que cette mention peut être volontairement choisie par le vigneron car elle lui aura laissé carte blanche en quelque sorte, n’ayant plus les contraintes liées aux décrets des appellations d’origine. La bouteille peut donc renfermer un vin à découvrir, original par son assemblage et son équilibre, peut-être même tout simplement un très grand vin. Le nom du vigneron et le prix de la bouteille sont très souvent de bons indicateurs.

    Amateurs non-conformistes, je vous invite donc à découvrir ces vins absolument « pas comme les autres ».

  • Martine et Christian...

    Le domaine ROUCHIER est une (toute) petite exploitation familiale située dans la zone septentrionale de la Vallée du Rhône, à Saint-Jean de Muzols en Ardèche.

    Comptant en tout et pour tout seulement 1,5 hectare, les vignes de Martine et Christian Rouchier sont installés sur les terroirs historiques en coteau de l’appellation Saint-Joseph.

    Tous les sols sont travaillés au cheval, avec Loraine, et la vigne est conduite de manière traditionnelle dans la région en échalas (tuteurs en bois (faits maison) qui guide chaque pied de vigne).

    La conversion en agriculture biologique date de 2010 et les premiers essais de vins sans sulfites de 2014. Le millésime 2016 voit pour la première fois l’ensemble de la production passée sans soufre.

par page
Résultats 1 - 12 sur 16.
Résultats 1 - 12 sur 16.